Tu passes les trois quarts de ta journée collé aux écrans ? Tu as l’impression que ta vie va s’arrêter quand tu ne trouves plus ton téléphone qui, soyons honnêtes, est ton meilleur ami ? Alors on peut le dire, tu souffres bien de ce mal moderne qu’on appelle l’hyperconnectivité.

On te rassure, quasiment tout le monde est concerné !

En même temps, vu la place qu’occupent les écrans dans nos vies depuis ces dernières décennies, rien de très étonnant !

Mais en fait, qu’est-ce que l'hyperconnectivité ? Quels sont les risques et comment s’en libérer ? On t’explique tout ça !

L’hyperconnectivité : qu’est-ce que c’est ?

L’hyperconnectivité correspond à une utilisation excessive des technologies de la communication et de l’information.

Ce phénomène, relativement récent, est bien sûr lié à la multiplication des écrans et à la place qu’ils occupent désormais dans notre vie quotidienne.

des écrans multiples sur fond noir

En clair, si tu es vissé sur ton portable H-24, que tu le consultes sans cesse pour téléphoner, envoyer des messages, checker tes mails, faire des recherches sur internet, écouter de la musique, mater des vidéos pour devenir le meilleur à Fortnite, prendre des photos que tu poses ensuite sur tous tes réseaux sociaux… Le constat est sans appel, tu es un hyperconnecté !

Hyperconnexion : quelques chiffres…

Pour te faire une idée, sache que nous passons en moyenne 32 heures par semaine sur les écrans.

Nous regardons notre téléphone portable entre 110 et 150 fois par jour (pas mal sur une journée de 14 heures 😅). Selon une étude récente, 77% des jeunes de 18 à 24 ans utilisent leurs smartphones dès leur réveil (ce chiffre reste à un très respectable 60% pour les 25-40 ans). Tu seras sûrement très intéressé de savoir que nous sommes 48% à l’utiliser le matin aux… toilettes ! 🙄

On peut distinguer différentes sortes d'hyperconnectivité :

  • 🤓 celle du travail : les salariés sont constamment connectés, même en dehors des heures de travail, malgré le droit à la déconnexion inscrit dans la loi.

  • 💻 celle de la cyberdépendance : la dépendance à internet et le besoin compulsif et obsessionnel d’avoir recours aux nouvelles technologies en permanence. 

  • 👶 celle de la surexposition aux écrans qui concerne en particulier les plus jeunes.

🧑‍💻 L’hyperconnectivité au travail

Si tu nous dis qu’il ne t’arrive jamais de consulter tes mails de bureau un soir à 22h, sûr que tu mens !

Entre le télétravail, tous les outils numériques et les réseaux sociaux professionnels, les salariés sont toujours connectés et pire, peuvent être contactés n’importe quand, même quand la journée de travail est terminée et que l’apéro peut commencer.

🕸 La cyberdépendance

La cyberdépendance, ou dépendance à internet, désigne le besoin constant d’utiliser internet, de façon compulsive et souvent non productive.

Elle est généralement associée à une addiction à des activités comme les réseaux sociaux, les jeux en ligne, le streaming vidéo et tout usage excessif d’internet.

🖥 La surexposition aux écrans

Les écrans vont de pair avec l’hyperconnectivité, forcément.

Aujourd’hui, tout le monde est scotché dessus (que ce soit celui du smartphone, de l’ordinateur ou de la tablette…) et on a de plus en plus de mal à s’en détacher.

Ce problème concerne surtout les enfants et les ados, qui grandissent entourés d’écrans et peuvent vite devenir accros.

Comment devient-on hyperconnecté ?

Plusieurs causes peuvent expliquer ce phénomène.

Déjà, pour l’hyperconnectivité, comme pour toute autre dépendance, tout se joue au niveau du cerveau, dans la zone qui produit de la dopamine. Chaque personne est plus ou moins sensible à ce niveau-là et certaines sont plus susceptibles de développer un comportement d’hyperconnecté.

Ensuite, il faut savoir que les applications que nous utilisons chaque jour sont justement conçues pour produire de la dopamine dans nos cerveaux.

Cette molécule, aussi appelée hormone du plaisir, procure donc un sentiment immédiat de plaisir. Mais elle est loin d’être toute belle et toute gentille puisqu’elle est aussi impliquée dans tout ce qui est addiction.

Voilà pourquoi tu ressens toujours cette sorte d’excitation quand tu vas faire un tour sur Insta ou sur tout autre réseau social.

Le but des concepteurs est d'attiser au maximum notre curiosité et notre envie de sorte à ce qu’il devienne quasi impossible de résister à internet, ne serait-ce que pour consulter tes mails.

Attention, ça ne nous empêche pas de reconnaître qu’internet et les nouvelles technologies sont des inventions révolutionnaires qui nous facilitent la vie. Mais le revers de la médaille, c’est qu’ils modifient quand même notre rapport aux autres et au monde qui nous entoure.

Et forcément, tout ça n’est pas sans conséquence...

Quels sont les risques de l’hyperconnectivité ?

un bureau avec plusieurs écrans verticaux et horizontaux sur fond sombre

L’hyperconnectivité et la surconsommation d’écrans peuvent avoir des effets néfastes sur différents plans : santé mentale et physique, relations avec les autres, développement des enfants et des ados.

  • 🍩 la sédentarité et l’obésité : à force d’être constamment sur les écrans, on réduit l’activité physique qui devient quasi inexistante, voire nulle. Et qui dit moins de sport, dit prise de poids !

  • 🧑‍💻 la cyberdépendance : on en a déjà parlé plus haut mais l’hyperconnectivité entraîne le plus souvent une cyberdépendance qui, comme les addictions, peut devenir gênante voire dangereuse à long terme.

  • 🥱 des troubles du sommeil : les écrans, et plus particulièrement la lumière bleue qui en émane, affectent la production de mélatonine, l'hormone du sommeil. Résultat, le cycle de sommeil est perturbé et tu peux alors être sujet à des insomnies et des difficultés à l'endormissement.

  • 👀 des troubles de la vue : toujours à cause de cette satanée lumière bleue nocive des écrans, si tu ne fais pas attention, les conséquences sur tes yeux peuvent être assez désagréables : baisse de l'acuité visuelle, vision floue, risque de DMLA

  • 👁️ une fatigue oculaire : tu dois le savoir si tu lis régulièrement notre blog, en étant trop sur les écrans, tu peux développer une fatigue oculaire qui s’accompagne de plein de symptômes hyper pas sympas (vision floue et trouble, sécheresse oculaire, rougeurs et irritations des yeux, maux de tête, vertiges…).

  • 😩 des douleurs au cou, au dos et aux doigts : avec l'hyperconnectivité et la surexposition aux écrans, de nombreux effets physiologiques douloureux ont fait leur apparition comme le syndrome du cou texto, aussi appelé text neck (douleurs cervicales dues à l’utilisation des écrans et à une mauvaise position), un mal de dos aussi lié à une mauvaise position et des douleurs aux doigts comme des tendinites à force d’écrire trop de textos.

  • 😱 du stress : la réception constante de notifications, d’informations (infobésité) via les mails, les réseaux sociaux peut être source de stress. À vouloir consulter dans la minute ou répondre rapidement, cela augmente notre niveau de stress.

  • 😭 des troubles de la santé mentale comme la dépression, l'anxiété sociale appelée le syndrome FOMO, les sensations de vibrations fantômes : à cause de cette surutilisation d’internet et notamment des réseaux sociaux, nous sommes plus susceptibles de devenir tristes, déprimés ou de nous sentir seuls, ce qui peut entraîner une dépression mais aussi de l’anxiété sociale. Cette anxiété sociale, (FOMO = Fear Of Missing Out), c'est la peur constante de manquer une nouvelle importante ou un événement quelconque donnant l’occasion d’interagir socialement. On développe alors une certaine anxiété à être hors connexion, que l’on retrouve majoritairement chez les ados. Pareil pour les vibrations fantômes : face au désir de rester connecté, notre esprit nous joue des tours et nous fait croire que notre téléphone vibre alors que pas du tout.

  • 🧒 des problèmes sur le développement physique et moteur, cognitif, social et émotionnel des enfants et ados : si tu veux en savoir plus sur les effets négatifs des écrans sur le développement des plus jeunes, tu peux jeter un œil à notre article. En résumé : IL Y EN A TOUT PLEIN.

  • 🤔 des difficultés à faire la distinction entre vie pro et vie privée : avec l’hyperconnectivité, les salariés ont de plus en plus l’impression de devoir être dispo 24h/24 pour leur entreprise et n’arrivent plus à trouver un équilibre entre job et vie familiale.

  • 😶‍🌫️ un impact sur les relations sociales : passer trop de temps sur les écrans nous coupe peu à peu du monde réel et des autres. Les personnes hyperconnectées sont plus à risque de manquer d’interactions interpersonnelles, de développer un sentiment de solitude et de s’enfermer dans l’isolation sociale.

Comment déconnecter ? Nos conseils

femme avec une tasse de café qui se repose sur son canapé

Si tu veux te libérer de cette hyperconnectivité, il existe quelques bonnes pratiques simples pour t’aider à déconnecter :

  • ⏱️ limiter ton temps d’écran : si tu as l’impression de passer trop de temps sur les écrans, commence déjà par définir des plages horaires. Ne va sur Instagram qu’à des heures fixes et pas plus de 10 minutes par exemple. En gros, essaie de ne plus aller sur les réseaux sociaux dès que tu t’embêtes.

  • 🌙 éviter les écrans le soir et surtout avant d’aller se coucher : comme trop d’écrans le soir peut avoir de sérieuses conséquences sur le cycle de sommeil, on limite notre temps d’écran en soirée et on déconnecte totalement au moins 1h30 avant de dormir.

  • instaurer des moments sans téléphone ni écran : que ce soit le matin, au moment des repas, avec des amis ou pendant le week-end, on essaie de ne pas regarder son téléphone une seule fois. On se recentre sur les interactions humaines et pas numériques. C'est plus facile si vous pouvez balancer le téléphone au fond d'une douve avec des crocodiles, mais si vous n'en avez pas, faites preuve d'un peu de volonté, que diable.

  • 📵 pour les plus chauds, entamer une digital detox : pour ceux qui sont vraiment déters, on peut se mettre au défi de passer plusieurs jours sans AUCUN écran. Déconnexion totale garantie !

  • 🧘 pratiquer des activités pas numériques : et pourquoi pas aller se balader avec son chien SANS téléphone ? (Ça marche aussi si on n’a pas de chien, les crocodiles ont besoin de sortir de la douve de temps en temps). Prendre le temps de faire une activité sans écran (sport, sortie culturelle, lecture, bref, ce qui te fait kiffer) est déjà un grand pas pour se libérer de l’hyperconnectivité. Et en plus, ça réduira sûrement ton stress.

  • 🧑‍💼 ne consulter sa messagerie pro que pendant les heures de travail : on évite de ramener ou d’allumer son ordi pro à la maison aussi. Si le patron râle, répétez après moi : DROIT À LA DÉCONNEXION.

  • 🤓 protéger ses yeux avec des lunettes anti lumière bleue : on a justement une super collection pour les adultes et une tout aussi cool pour les enfants pour contrecarrer les effets néfastes de la lumière bleue et dormir sur ses deux oreilles.

  • 💬 dialoguer avec les plus jeunes pour leur faire prendre conscience de l'impact d'internet et des écrans : il faut les informer et les accompagner pour qu’ils acquièrent des habitudes saines en ce qui concerne l’utilisation des nouvelles technologies. On n’oublie pas de les encadrer pour qu’ils maintiennent ces bonnes pratiques afin de toujours profiter des avantages des écrans sans les risques.

  • 😍 montrer l’exemple : pour que nos enfants ne soient pas non-stop sur leur smartphone, on lâche le sien !

  • 🍻 privilégier l’IRL (la vraie vie) : c’est quand même plus sympa d’aller boire un coup avec ses amis dans un bar que de raconter sa life sur WhatsApp.

Le mot de la fin : c’est quoi l’hyperconnectivité

Tu l’as compris, l’hyperconnectivité est la nouvelle maladie des temps modernes.

En même temps, on est tous un peu hyperconnectés dans notre société actuelle où quasiment tout tourne autour des écrans, omniprésents dans nos vies et dans notre quotidien.

Pour autant, pas besoin de s’alarmer. Il suffit juste d’appliquer quelques conseils hyper simples pour tout simplement DÉ-BRAN-CHER de temps en temps !

Ce qu’il faut, c’est contrôler son utilisation de la technologie et ne surtout pas se laisser absorber.

Car malgré tous ses avantages, si elle prend trop de place dans notre vie, c’est là que les problèmes peuvent commencer…

Alors, sans revenir à l’âge de pierre où on écrivait des lettres à ses potes à la lumière d’une bougie, le fait d’éteindre un peu tes appareils numériques et d’aller te balader ou lire un bouquin est déjà un bon début pour te libérer de l’hyperconnectivité.

Allez, on y croit, tu peux le faire !

Tagged: Bien être